Ils ont dit :

« Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »

Houari Boumédiène, président algérien, 1974

 

« Il ne doit plus y avoir de place en Europe pour des peuples non métissés. Les peuples non mélangés appartiennent aux idées périmées du XIXe siècle »

Général Wesley Clark, ancien commandant en chef de l’OTAN – CNN – juillet 1999

 

« Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats. »

Erdogan en 1998 – 1er ministre turc depuis 2003

 

« Il faut que les Français blancs s’y fassent : bientôt ils ne seront plus majoritaires en France. Il suffit de se promener dans les rues de Paris et de prendre le métro pour s’en rendre compte. »

Stéphane Pocrain, Beur FM, juillet 2005

 

« Il faut traverser le périphérique, aller chez les indigènes, là-bas, les descendants de Vercingétorix… Il faut casser les portes, et si elles ne veulent pas s’ouvrir, il faut y aller aux forceps. Partout où la diversité n’existe pas, ça doit être comme une invasion de criquets… Partout, de manière à ce qu’on ne puisse plus revenir en arrière. »

Azouz Begag, ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances, décembre 2005

 

« Le métissage, je le dis ici, est une chance pour la France. Je serai la présidente de la France métissée et qui se reconnaît comme telle. »

Ségolène Royal – meeting aux Antilles, janvier 2007

 

« Un jour, les musulmans que vous avez enrôlés dans vos polices européennes et dans vos armées se lèveront. Et ils vous écraseront. »

Omar Bakri Mohammed, The Daily Telegraph, 21 janvier 2007

 

« [Pour sauver les retraites] le troisième choix conduirait à organiser la venue de deux millions d’étrangers par an entre 2020 et 2040, ce qui se traduirait, sur l’ensemble de la période considérée, du fait de l’élargissement des familles, par l’entrée sur notre sol de 93 millions d’immigrés ; la France compterait alors 187 millions d’habitants, dont 68 % d’immigrés de première ou de deuxième génération. »

Jacques Attali, L’avenir du travail, Fayard, 2007

 

« La Banque mondiale nous annonce qu’il faudra accepter 80 millions d’immigrés d’ici 2050 en Europe – au minimum – , l’ONU dit 125 million. »

Dominique Reynié, politologue – C dans l’air, France 5, 2 avril 2007

 

« J’aimerais voir brûler Paname au napalm sous les flammes façon Vietnam Tandis que ceux de ton espèce galopent Où 24 heures par jour et 7 jours par semaine J’ai envie de dégainer sur des faces de craies. »

Extrait de « Flirt avec le meurtre » (rap), Ministère Amer

 

« Par tous les moyens il faut niquer leurs mères. Gouer (Français) c’est toi qui perds, flippe pour ta femme, tes enfants, pour ta race. On s’est installé ici, c’est vous qu’on va mettre dehors »

Extrait de « Meurtre légal » du groupe de rap Smala

Ils ont répondu :

« Sur le plan ethnique, limiter l’afflux des Méditerranéens et des Orientaux qui depuis un demi-siècle ont profondément modifié la structure humaine de la France. Sans aller jusqu’à utiliser comme aux États-Unis un système rigide de quotas, il est souhaitable que la priorité soit accordée aux naturalisations nordiques (Belges, Luxembourgeois, Hollandais, Suisses, Danois, Scandinaves, Islandais, Anglais, Allemands, etc.). »

Lettre de Charles De Gaulle au Garde des Sceaux Pierre-Henri Teitgen, le 12 Juin 1945

 

 

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu'on ne se raconte pas d'histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leur djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l'intégration ont une cervelle de colibri, même s'ils sont très savants. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l'intégration, si tous les Arabes et Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s'installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! »

Conversation entre De Gaulle et Alain Peyrefitte le 5 mars 1959

 

 

« La cote d’alerte est atteinte […] C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. »

Georges Marchais, Lettre au recteur de la mosquée de Paris, L’Humanité, 6 janvier 1981

 

« Plus on aura d’immigration, plus on aura d’insécurité. Ce n’est pas une question ethnique mais notre immigration est une immigration bas de gamme. On va vers de graves conflits raciaux qui seront la conséquence du refus des Français d’être envahis par d’autres cultures. Toute race a l’instinct de se préserver. »

Jacques Chirac, Le Nouvel Observateur, 1990

 

 

«  Notre problème, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus d’étrangers mais ce n’est pas les mêmes (…) Avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des noirs. »

Jacques Chirac, 19 Mai 1991

 

 

« Ce déplacement dans l’origine des immigrés exprime une modification de la nature socio-économique de l’immigration. Bien que dans cette matière sensible il faille manipuler les mots avec précaution, en raison de la charge émotionnelle ou historique qu’ils portent, ce type de problème actuel auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l’immigration (« arrivée d’étrangers désireux de s’installer dans le pays ») vers celui de l’invasion (« action d’entrer, de se répandre soudainement « selon la définition donnée par Littré). »

Valéry Giscard d'Estaing « Immigration ou invasion », Le Figaro Magazine, 21/09/1991

 

 

« La préférence nationale est au centre des débats du syndicalisme ouvrier, aussi bien avant 1895, année de naissance de la CGT, qu’après. Pour les syndicalistes, des immigrés trop nombreux forment la réserve du capitalisme dont parlait Marx. Les patrons s’en servent pour diminuer les salaires. Pour ne pas en arriver à une situation conflictuelle, la CGT préconise un strict contrôle des flux migratoires. »

La préférence nationale vient de la gauche”, Christian Jelen, Marianne, 22 juin 1998

 

 

« La victoire de Berlin est une victoire de notre identité, d’une équipe qui a aligné des Lombards, des Napolitains, des Vénitiens et des Calabrais et qui a gagné contre une équipe qui a sacrifié sa propre identité en alignant des Noirs, des islamistes et des communistes pour obtenir des résultats. »

Roberto Calderoli, ministre italien, après la victoire de l’Italie sur la France en finale de la Coupe du Monde de football, 9 juillet 2006

 

 

« Près de la moitié des actes violents des moins de 21 ans sont commis par des personnes issues de l’immigration. Nous ne pouvons pas nous taire. »

Angela Merkel, 2008

 

 

« Le modèle d’une Allemagne multiculturelle, où cohabiteraient harmonieusement diverses cultures, a échoué, totalement échoué. »

Angela Merkel, 2010

 

 

« Les musulmans britanniques doivent souscrire aux valeurs essentielles de liberté et d’égalité. La doctrine du multiculturalisme a « échoué » et sera abandonnée. »

David Cameron, 2011

 

 

« Des millions de musulmans attirés par la recherche de meilleures conditions de vie, sont devenus citoyens de plein droit en Europe. Ils revendiquent le même droit en Allemagne. Parmi eux, beaucoup, sinon la plupart, ne sont pas pour autant devenus des citoyens à part entière, compte tenu de leur attachement à une religion dans laquelle Dieu et César, le droit divin et l'Etat, la communauté et la société ne font qu'un. L'intégration à un modèle laïc de fidèles qui se définissent par rapport à leur seule religion, et pour lesquels ceux qui ne partagent pas leur croyance sont des infidèles n'est certes pas une mission facile; elle reste pensable quand il s'agit de minorités éduquées, désireuses de se plier aux lois du pays d'accueil. Elle devient impossible quand elle se heurte au grand nombre. »

Alain-Gérard Slama, chronique intitulée « Islam-Occident : la nécessité d'une vision », Le Figaro, 31 août 2011

 

 

"Notre système d'intégration ne fonctionne pas. Pourquoi ? Parce qu'avant même que nous ayons conduit à l'intégration de ceux qui étaient accueillis sur notre territoire, d'autres arrivaient. Ayant accueilli trop de monde, nous avons paralysé notre système d'intégration, c'est une réalité"

Nicolas Sarkozy, 01 Mai 2012

 

 

« Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde, je reprend la citation de Michel Rocard. (…) Notre objectif n'est pas plus d'expulsions, ni plus ni moins, ce n'est pas le problème, il faut savoir simplement quelle est notre capacité d'accueil d'étrangers. La gauche, ce n'est pas régulariser tous les sans-papiers, la gauche ce n'est pas que des frontières ouvertes, la gauche est à la fois généreuse et ferme, c'est l'intérêt du pays »

Manuel Vals le 9 novembre 2012

 

« Nous savons bien que les immigrés fuient des situations difficiles, mais le bon coeur ne peut pas suffire à les accueillir tous et nous devons avoir le courage de le dire quand ils sont nombreux [...]. Une simple politique d'accueil ne pourra jamais suffire pour résoudre ce problème ».

Dalaï Lama en visite en Italie, 18 juillet 2014

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Parti Républicain